Des Copains d'abord
« Presque toutes les chansons que j’écris sont dédiées à René Fallet, puisqu’avant de soumettre une chanson au public, je lui demande toujours son avis. »

Brassens

« Epargnez-moi de vivre sans lui. Faites que Brassens meure après moi. »

Fallet

Des Copains d'abord
Des Copains d'abord

Brassens et Fallet ont vécu une amitié très profonde.

Agnès Doherty a eu envie de mettre en miroir leurs deux écritures, le temps de trois dialogues littéraires et posthumes, trois romans de René Fallet, croisés avec des chansons de Brassens :

Les vieux de la vieille, Le braconnier de Dieu, Le Beaujolais nouveau est arrivé.

On y retrouve leur complicité : leur amour de la langue, leur humour tranchant, leurs provocations poétiques. On y redécouvre les chansons de Brassens dans le contexte des histoires de son « copain d’abord » et leur univers commun.

« Votre idée de mêler les extraits des Vieux de la vieille et les chansons de Brassens est astucieuse et drôle (…) continuez avec ma bénédiction. »

Lettre d’Agathe Fallet

« Agnès Doherty réunit deux amis que la mort a séparés. René Fallet et Georges Brassens étaient copains comme cochons, de ces amitiés fortes qui ne s’encombrent pas de collaboration artistique mais se nourrissent d’un amour du vin, des mots et d’un certain esprit anarchisant porté par une écriture bien peignée. Jamais encore personne ne s’était avisé que réunir les deux compères pouvait faire un spectacle. »

Jean-Luc Eluard, Sud-Ouest